Andrés Mercado Salomon

Portrait du 14 juillet 2016

Andrès a commencé à prendre des contrats de consultation alors qu’il travaillait pour une firme de génie-conseil à Montréal. En 2012 et à la croisée des chemins professionnel et personnel, il a décidé de démissioner de son poste, de continuer uniquement avec ses contrats de consultation et de retourner à Québec. Il est aujourd’hui propriétaire unique de son entreprise, Abrafo Négajoule Inc.

Parcours entrepreneurial

Quelles étaient les raisons principales de votre décision de choisir l’entrepreneuriat pour carrière?

La raison principale est que j’ai toujours eu la tête pleine d’idées. Je n’ai jamais eu peur de prendre des risques calculés, donc me faire dire que mes idées étaient intéressantes, mais qu’elles ne prendraient jamais forme dans les entreprises où je travaillais, ça a fini par me frustrer. Maintenant, je peux essayer et innover!

Avez-vous déjà eu l’impression d’avoir fait le mauvais choix, et si oui, qu’est-ce qui vous a convaincu de persister dans cette même direction?

Je n’ai jamais eu l’impression que mon choix de me lancer en affaires fut une erreur. Jamais jamais. Par contre il y a eu des moments difficiles, surtout financièrement. Ce qui m’a convaincu de persister, plusieurs choses: j’ai une fille de deux ans qui est ma motivation divine, ma femme m’a toujours encouragé, et ultimement, j’ai vraiment confiance en l’avenir. Je suis conscient d’avoir une vie privilégiée, avec la santé et des belles personnes autour de moi. J’aime mon entourage, et je crois en ma mission. Le côté matériel (qui découle de l’argent) a peu d’influence dans mes motivations entrepreneuriales, ce n’est qu’un indicateur quantatif de succès de vente et de bonne gestion.

À quoi ressemble une journée typique dans votre routine d’entrepreneur?

Je me réveille et je prépare le déjeuner pour la famille, puis on déjeune ensemble. Je pars au bureau (qui est à 10 minutes à pied) et je travaille jusqu’à 12h30. Parfois, je m’entraine 45min avant le dîner. Je reviens à la maison pour dîner avec ma famille et pour donner un coup de main (ma femme garde 2 enfants en plus de ma fille). Je fais une sieste (eh oui!) avant de retourner au bureau vers 14h30. Je travaille souvent jusqu’à 19-20 heures du soir. Après, je rentre avant l’heure du coucher de ma fille. La fin de semaine, il m’arrive souvent de travailler le samedi ou le dimanche.

Il y a plusieurs semaines par années durant lesquelles je voyage pour des mandats à l’extérieur. D’habitude, je pars pour une semaine ou deux. Ces journées se résument souvent au travail d’un bout à l’autre de la journée. Si je suis sur place pendant la fin de semaine, j’essaie de visiter les attractions locales, et ce, si possible à pied ou en transport en commun afin de mieux saisir la réalité. Parfois, je travaille même de fin de semaine au cours de ces voyages.

Dans 10 ans, où vous voyez-vous? Quel serait votre rêve en tant qu’entrepreneur?

Je vois que mon entreprise a grandit et qu’il y a des gens aux reins de l’administration et des opérations. Moi, je me concentre sur le développement d’affaires et sur le leadership de l’équipe. Je les coach; j’aime ça. L’entreprise a un bureau dans une localité en Amérique Latine, préférablement au Mexique (mon pays natal) et on a des contrats dans plusieurs pays.

Questions en rafale

  • Le meilleur livre pour les affaires?

    Il y en a beaucoup, c’est trop dur de choisir.

  • Une conférence ou un cours à laquelle/auquel s’inscrire?

    The Foundation

  • Un groupe de réseautage à privilégier?

    Espace Koala

  • Un(e) entrepreneur(e) qui vous inspire?

    Danièle Henkel

  • Votre entreprise préférée?

    Google

Conseils pour la relève

Quel est le meilleur conseil qu’on vous a donné en affaires?  

Identifie ce que ton client veut vraiment, et après, tente d’y répondre avec tes capacités et tes avantages compétitifs.

Quel a été votre plus grand défi d’entrepreneur et comment l’avez-vous surmonté?

1) Partir avec 0 dollars. Au début, j’ai eu le soutien au travail autonome de l’ancien CLD. Ça a fait une énorme différence. Par après, j’ai surmonté le défi du «cashflow» à l’aide d’une grande discipline, d’une rigueur au niveau de la comptabilité, des montages financiers sophistiqués avec carte/marge de crédit et d’une frugalité exceptionnelle.

2) Trouver du financement. Avec mon plus grand contrat signé, j’ai cru que le financement allait être simple, mais pas du tout. En fait, mon client étranger n’était pas forcément rassurant pour les institutions financières avec qui j’étais en discussion. Au final, j’ai contracté une assurance commerciale avec EDC, ce qui a rassuré mon prêteur, six mois plus tard!

Selon vous, quelles sont les plus grandes qualités que tout entrepreneur devrait avoir?

Je vais paraphraser un discours qui, selon moi, résume bien ma réponse (ça vient du film Rocky 6) :

« People like you, they need to be tested. It’s a challenge. And when that time comes and you find the challenge standing in front of you, and it ain’t running, it ain’t backing up and it’s hitting you when you are too tired to breathe…that’s good, because that is BAPTISM under FIRE….When you get through that, you find the only kind of respect that matters in this world, self respect. »

Pour en savoir plus

Créée en mai 2014, Abrafo Négajoule offre des services-conseils en énergie durable au Québec et à l’international. Son objectif est d’aider les entreprises à planifier des projets d’énergie durable et à y investir dans le but d’augmenter leurs bénéfices et de réduire l’impact négatif de l’utilisation d’énergies non renouvelables.

abrafo-negajoule.com

Vous souhaitez vous aussi voir votre Portrait d’Entrepreneur publié sur le blogue de Mogingo?

Rien de plus simple!

Cliquez-ici