LA MEILLEURE FAÇON DE GÉRER UN PROJET

par Marie-Hélène Couette, le 11 août 2016

Quand je dis que je fais de la gestion de projet, on me pose souvent la question suivante :

« Tu gères quel genre de projet? »

Je me concentre principalement dans l’administration, le marketing et l’événementiel. J’ai choisi ces branches parce qu’elles sont étroitement liées à mon domaine d’étude et que je les connais bien. La réalité, c’est que la gestion de projet est universelle. On l’exerce autant dans les chantiers de construction que dans le développement d’une entreprise ou dans la préparation d’un mariage. Ce qui distingue un projet d’un autre n’est pas juste sa nature, mais également son style.

Bien qu’il existe plus d’une vingtaine de méthodes pour gérer des projets, certaines pratiques sont plus populaires et utilisées. Parmi celles-ci figurent ces deux styles :

  • Agile
  • Traditionnel

Lequel est-il le meilleur pour votre entreprise?

En théorie

Pour faire un choix entre la gestion de projet traditionnelle ou agile, il faut d’abord comprendre ce qui les différencie. Dans les deux cas, on commence avec un objectif et des spécifications et on termine le processus avec un produit final (la livraison). C’est la manière de se rendre du point A au point B qui diffère dans les deux techniques.

Traditionnelle

C’est une méthode qui est linéaire. D’abord, le chargé de projet détermine les spécifications du projet. Ensuite, chaque tâche qui doit être faite est attribuée à un responsable qui se charge de la compléter.

L’approche « Waterfall » :

La gestion de projet Waterfall (en cascade) implique que les tâches sont interdépendantes des autres. Ainsi, une tâche A doit être commencée ou complétée pour que la tâche B puisse être entamée. Cela implique que, dans un même projet, certains membres de l’équipe n’auront jamais à interagir ensemble.

Agile

Dans cette méthode, le travail est découpé en plusieurs courts « sprints », qui sont des cycles de livraison accélérés. Les membres de l’équipe sont donc toujours actifs et collaborent tout au long du processus.pide dans lequel les entreprises sont ancrées aujourd’hui.

L’approche « Scrum » :

Ce n’est pas un gestionnaire de projet qui s’occupe de l’équipe dans un projet Scrum, mais plutôt un « Scrum Master ». Il est responsable de diriger les membres en fonction des priorités pour la prochaine livraison du cycle en cours et de s’assurer que les objectifs soient atteints.

Voici un exemple imagé pour bien voir la différence entre les deux méthodes. Par rapport à la livraison du projet, le choix du style ne fait aucune différence dans le temps, mais la pratique démontre qu’il y a une grande variation au niveau du produit livré et des efforts consacrés.

Prenons l’exemple de la création d’un site web. Dans la première méthode, chaque étape serait exécutée pour l’ensemble du site web simultanément avant de passer à la prochaine étape. Dans la seconde, on pourrait décider de travailler page par page, en collaboration. Plutôt que d’avancer un pas à la fois dans la réalisation du site, les efforts sont mis plus intensivement dans une page et on ne passe pas à la suivante tant que celle-ci n’est pas complétée.

En pratique

Comme il y a toujours une marge entre la théorie et la pratique, il est important de prendre en considération dans votre décision les quelques inconvénients de chaque technique, qui peuvent toutefois être perçus comme un avantage dans l’autre.

Traditionnelle

Puisque le travail se fait majoritairement en silo, il est complexe d’apporter des changements au projet et au produit final qui doit être livré. De plus, on ne peut pas prédire la satisfaction envers les résultats, même si ceux-ci respectent les spécifications initiales. D’ailleurs, il arrive que certaines spécifications ne soient pas réalisables en raison de la faisabilité technique. On ne peut pas s’en rendre compte avant la complétion de plusieurs tâches antécédentes, ce qui cause des pertes d’argent et de temps importantes.

Agile

Étant donné que la planification se fait pour chaque cycle, on ne connaît pas toujours d’avance la portée du projet. Aussi, c’est un processus qui requiert beaucoup d’engagement et d’énergie, alors l’équipe ne peut pas travailler sur d’autres mandats entre les différentes tâches. C’est en fait un processus très demandant, qui s’applique difficilement si les employés sont à distance. Sa complexité et son intensité en font une méthode qui ne s’intègre pas facilement aux processus existants dans les entreprises.

Si l’on reprend l’exemple du site web, la méthode traditionnelle permet d’imaginer d’avance la maquette finale du projet et d’impliquer moins le client dans le processus de création. De l’autre côté, la gestion de projet agile est plus souple par rapport aux ajustements à faire selon les spécifications demandées et permet d’avoir plus rapidement accès à une partie du produit final.

Faire un choix

Maintenant, lequel de ces styles de gestion de projet convient le mieux à votre entreprise? Bien qu’il n’y ait pas de réponse parfaite, la méthode traditionnelle est encore la plus simple à utiliser et à intégrer dans une petite organisation. Elle demande certainement qu’un gestionnaire de projet soit en charge de faire les suivis auprès des différents intervenants, mais elle ne demande pas autant d’investissement en ressources que la méthode agile.

Si, par contre, vous êtes en phase de développement et que vous n’avez pas encore de spécifications pour le produit final, la gestion de projet agile est une option que vous pourriez envisager. Plutôt que de viser à atteindre la lune dès le début, concentrez-vous plutôt sur la première étape, et développez-la. Par la suite, vous pourrez enclencher un deuxième, troisième et pourquoi pas un quatrième cycle, jusqu’à ce que vous arriviez à un résultat qui vous satisfasse.

Je vous invite d’ailleurs à lire davantage sur les différents styles qui existent, car peut-être y en a-t-il un qui soit plus adapté à vos besoins. Il est même possible de développer votre propre méthodologie! Pour vous aider dans votre choix, voici quelques aspects à prendre en considération :

  • Les buts de l’organisation
  • Les valeurs fondamentales de l’entreprise
  • Les contraintes du projet
  • Les acteurs (clients, fournisseurs, employés)
  • La taille du projet
  • Le budget alloué au projet
  • Votre habileté à prendre des risques
  • Le besoin de flexibilité

Je n’ai pas le temps

Vous n’avez pas le temps de réfléchir à la question du style, ou même à gérer les projets de votre entreprise? Mogingo peut certainement vous venir en aide. Grâce à un plan de gestion de projet personnalisé, vous pourrez suivre l’avancement de votre projet sans avoir à le gérer! Donnez-nous vos spécifications, et nous travaillerons ensemble pour que vous réalisiez enfin tous ces projets que vous reportez au lendemain. Demandez dès aujourd’hui votre consultation gratuite!

Pour en savoir plus : www.mogingo.com

Sources :

Top 13 Management Methodologies and Styles, Azendoo, http://blog.azendoo.com/top-project-management-methodologies-and-styles/

What Are the Different Types of Project Management Methodologies?, Houston Chronicle, http://smallbusiness.chron.com/different-types-project-management-methodologies-77157.html

Project Management Methodologies, Tutorials Point, http://www.tutorialspoint.com/management_concepts/project_management_methodologies.htm

Waterfall vs. Agile: Which is the Right Development Methodology for Your Project?, Segue Technologies, http://www.seguetech.com/waterfall-vs-agile-which-is-the-right-development-methodology-for-your-project/

Agile vs Waterfall: Comparing project management methods, Manifesto, https://manifesto.co.uk/agile-vs-waterfall-comparing-project-management-methodologies/